Inscrivez-vous à la newsletter hebdomadaire
Exprimez votre créativité ! Recevez tous nos conseils déco, les tendances actuelles et réalisez facilement des créations originales
Votre email pour recevoir notre newsletter :
Les informations vous concernant sont destinées à l'envoi des newsletters afin de vous fournir ses services, des informations personnalisées et des conseils pratiques. Elles sont conservées pendant une durée de trois ans à compter du dernier contact. Ces informations pourront faire l’objet d’une prise de décision automatisée visant à évaluer vos préférences ou centres d’intérêts personnels. Conformément à la loi française « Informatique et Libertés » n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée et au Règlement Européen 2016/679, vous pouvez demander à accéder aux informations qui vous concernent, pour les faire rectifier, modifier, ou supprimer, pour vous opposer à leur traitement par mail à dpo@uni-medias.com ou par courrier à l'adresse suivante : Uni-médias, à l'attention du DPO, 22 rue Letellier - 75015 - Paris, ou pour demander leur portabilité, en écrivant par courrier à l'adresse suivante : Uni-médias, à l'attention du DPO, 22 rue Letellier - 75015 - Paris ou par mail à dpo@uni-medias.com. Vous pouvez également définir les conditions d'utilisation, de conservation et de communication de vos données à caractère personnel en cas de décès. Pour toute demande relative à vos données personnelles, vous pouvez contacter le délégué à la protection des données à l’adresse mail suivante : dpo@uni-medias.com, ou introduire une réclamation auprès de la Commission Nationale Informatique et Libertés.......

Sarah Morin : ses suspensions végétales vont vous faire craquer !

Par Bulle Garenne

Voir la vie en couleurs, se (re)connecter à la nature, consommer plus responsable, autant de notions très actuelles que Sarah Morin a réuni dans une calebasse. Oui, une calebasse... Mises en lumière par Habitat le temps d'une collection exclusive, les réalisations de Sarah Morin sont tout ce qu'on aime, éthiques et esthétiques, chargées d'histoire et de passion. Rencontre avec celle qui fait pousser des suspensions !

luminaire-sarah-morin.jpg

suspension bleue de sarah morin

Il y a parfois des rencontres qui font tourner le monde un peu plus rond, qui lui donne meilleure mine aussi. Sarah Morin est sans aucun doute l'une d'entre elles. Les pieds bien sur terre et l'esprit délicieusement ouvert, elle cultive la calebasse qu'elle transforme en luminaire.

Posséder un objet qui a du sens, une histoire, des valeurs, c'est aussi préserver sa part d'humanité.

Faire du végétal esthétique, du durable intelligent et y mettre autant de passion que de convictions, c'est toute son histoire. Mise en lumière par Habitat le temps d'une collaboration avec le Design Lab de la marque (un tremplin pour jeunes talents cherchant à promouvoir la création, le design et l’artisanat), Sarah Morin s'est prêtée au jeu de l'interview, son tout premier confie-t-elle, le tout premier d'une longue liste, c'est tout ce qu'on lui souhaite.

Douce rencontre avec cette magicienne des temps modernes qui fait pousser de si jolis luminaires  !

calebasse-fruit.jpg

Sarah Morin

Avant toute chose et parce que c’est certainement le plus important, comment allez-vous Sarah ?

Sarah Morin : "Je vais très bien ! Je prépare mes futures collections et c'est toujours un vrai bonheur de mettre au point de nouveaux projets."

Quel est votre parcours ?

S.M : "Je suis architecte de formation. Une fois mon diplôme en poche,  j'ai suivi une formation de designer textile à Tourcoing puis j'ai tout de suite intégré le bureau de style du BHV. C'est avec les Grands Magasins que j'ai appris mon métier de styliste produits."

Comment passe-t-on d'une vie bien citadine à la culture de la calebasse ?

S.M : "Ma première rencontre avec la calebasse s'est faite au cours d'un voyage au Portugal. J'ai tout de suite adoré la forme et l'histoire de ce fruit. Autrefois, les bergers d'Europe du sud l'utilisaient comme gourde lors des transhumances. J'ai ensuite appris que la calebasse accompagnait les hommes depuis la nuit des temps, elle servait d'ustensile de cuisine, de bouteille, d'instrument de musique et même de jouet. S'inspirer du passé pour réinventer l'avenir, c'est quelque chose qui me parle

Le déclic est venu petit à petit. Nous avons d'abord quitté Paris pour nous installer dans la campagne picarde. La vente de notre maison de Saint-Denis nous a permis d'acquérir l'actuelle. Nous étions pleinement propriétaires ! Un crédit en moins améliorant considérablement les finances, il a été plus facile de me lancer dans une nouvelle activité, certes moins lucrative mais plus épanouissante."

Vous cultivez vos propres fruits, quelles sont les avantages et les inconvénients de cette variété ?

S.M : "La courge calebasse est un cucurbitacé, comme les courgettes, les patissons ou les potirons. Elle est donc assez facile à cultiver, il lui faut juste de l'espace et de quoi s'accrocher ! Je ne lui vois pas vraiment d'inconvénient mis à part le fait qu'on ne sait jamais quel fruit on obtiendra. Ils sont parfois tordus, bossus, riquiquis ou énormes mais c'est là que réside toute la beauté des collections. Chaque lampe est unique comme le fruit qui la compose."

calebasse-en-luminaire.jpg

suspensions rouges et jaunes Sarah Morin

Quel est le « cycle » d’un luminaire végétal avant qu'il illumine nos intérieurs ?

S.M : "Il faut presque une année entre la plantation des graînes et la commercialisation d'une suspension. Les semis se préparent début avril. Je les plante dans mon jardin en mai et les premiers fruits apparaissent en août. La récolte s'effectue fin octobre puis vient ensuite le temps du séchage, 4 mois minimum. Une fois bien sec, je les vide, les ponce et les décore. Selon le modèle, il faut compter entre 2 et 4 heures de travail.  "

L’idée d’une suspension vous est-elle venue tout de suite ?

S.M : "J'ai d'abord pensé à des soliflores avant de me rendre compte que l'enveloppe de la calebasse était perméable. Quand j'ai suspendu les fruits pour les faire sécher, en faire des suspensions a été une évidence. La calebasse est légère, robuste et j'ai tout de suite adoré l'idée de faire pousser des luminaires !"

calebasse-suspension-coloree.jpg

suspension multicolore sarah morain

Vous peignez vos réalisations. S’agit-il d’une peinture particulière ? D’ailleurs, réalisez-vous vos propres peintures ?

S.M : "J'ai choisi de travailler avec les peintures Ressources qui ont l'avantage d'être d'une excellente qualité, respectueuses de l'environnement et fabriquées en France. J'ai parfois besoin de faire quelques retouches et travailler avec un éditeur de peintures m'assure une disponibilité des mêmes teintes. J'adorerais réaliser mes propres couleurs mais c'est un métier à part entière ! "

Qui dit luminaire dit système électrique. D’où viennent ceux de vos suspensions ? 

SM. : "Je suis très heureuse d'avoir trouvé un fabricant de câbles électriques italien. La relocalisation de nos savoir-faire est un sujet qui me touche. "

Votre démarche s’inscrit pleinement dans l’éco-design. Pourquoi est-il en plein boom selon vous ?

S.M : "Il y a une véritable prise de conscience de l'impact que nos modes de consommation ont sur notre environnement. C'est aussi l'émergence du fameux "consommer moins mais mieux". S'inscrire dans une démarche d'éco-design, c'est penser le monde autrement en mettant l'accent sur le respect du vivant en général et cela répond tout à fait aux exigences imposées par la planète. A cela s'ajoute la nécessité d'un équilibre face au "tout numérique" : posséder un objet qui a du sens, une histoire, des valeurs, c'est aussi préserver sa part d'humanité."

luminaire-poetique-sarah-morin.jpg

Luminaire gris sarah morin

Quelles ont été vos inspirations quant à cette collaboration avec Habitat ?

S.M : "Habitat m'a laissé une grande liberté d'action. J'ai construit cette collection en tenant compte de leurs gammes de couleurs puis j'ai écouté mes envies : du ciel et du soleil, des couleurs naturelles comme les teintes sablées, terreuses, de l'ocre mais aussi des nuances plus végétales. Des verts doux et bleutés, très frais et aériens."

Si j’avais le pouvoir de réaliser l’un de vos rêves en tant qu’éco-designer, ce serait ?

S.M : "Que toutes les formations de designers, architectes, styliste, ingénieurs et autres, intègrent dans leur cursus la notion d'éco-conception pour que chaque objet créé soit dorénavant pensé selon un impact environnemental minimal."

Avez-vous d’autres projets, d’autres envies ?

S.M : "J'ai toujours plein d'envies mais je me concentre pour le moment sur mes luminaires. Les lieux de ventes se multiplient, les partenariats aussi et tout cela me ravie !"

La calebasse est belle quand elle passe entre vos mains, mais est-elle bonne... Avez-vous une recette  à nous conseiller ?

S.M : "La calebasse est un fruit plutôt amer donc peu utilisé en cuisine, si ce n'est en ustensile ! Pour les plus téméraires, elle se cuisine façon gratin ou ratatouille. Comme pour une courgette, il faut la poêler à l'huile d'olive avec quelques oignons, un peu d'ail et du thym."

>> Les suspensions de Sarah Morin sont à découvrir jusqu'au 9 novembre chez Habitat (boutique Place de la République, Paris 10). Découvrez l'intégralité de ses réalisations sur son e-shop et suivez son actualité via son compte Instagram !