Une maison de famille dans le Jura

Par Valentine Buvat
source : Maison créative n°79, p 108

Depuis plus d’un siècle, la demeure Monte au Lever domine le lac de Saint-Point, dans le Haut Doubs. Les propriétaires, Catherine et Rémi Gindre, entretiennent et restaurent avec le plus grand respect cette maison de famille, organisant des visites guidées et accueillant dans leur gîte de chanceux vacanciers.

m79_jura_vue_gite_ml.jpg

Jura, vue du gîte
L'allure du gîte Monte au Lever rappelle les fermes régionales. Cependant, cette maison a toujours été une villégiature. Beaucoup d’éléments d’origine sont encore en place : le crépi jaune, les vitrages anciens…

m79_jura_gite_bois_ml.jpg

Jura, le tas de bois du gîte
Ici, le chauffage est bois est de rigueur et les réserves à disposition.

m79_jura_lac_ml.jpg

Jura, la vue depuis le gîte
Depuis le gîte, le parc en pente douce offre une vue dégagée sur le lac de Saint-Point.

m79_jura_gite_salon_ml.jpg

Jura, le salon du gîte
L’absence de chauffage était autrefois palliée par la présence de grands foyers. Lorsque la cheminée n’est pas en usage, l’âtre peut être occulté avec un ingénieux panneau amovible..

L'hortogonalité des plafonds à caissons et des boiseries en chêne contraste avec les arrondis des voûtes en plein cintre des fenêtres.

m79_jura_gite_deco_ml.jpg

Jura, détail du gîte
Le loup (visible ici) et trois petits hérissons, figures héraldiques de la famille, sont discrètement sculptés à plusieurs endroits.

m79_jura_gite_billard_ml.jpg

Jura, le bureau du gîte
Dans le bureau, un billard français d’origine a conservé sa place d’antan. Une splendide verrière coulissante permet d’éclairer en second jour le hall d’entrée de la maison.

m79_jura_gite_sam_ml.jpg

Jura, la salle à manger du site
L’immense pièce de vie est divisée en deux espaces distincts, salon et salle à manger, unis par le très beau décor boisé des murs et par le plafond à caissons.

m79_jura_gite_porte_ml.jpg

Jura, l'entrée du gîte
La porte d'entrée ornée de ferronneries est doublée d'un sas qui préserve l'habitat des frimas.

m79_jura_gite_ferrure_ml.jpg

Jura, les ferrures du gîte

Les meilleurs artisans de l’époque ont travaillé ici : Maroello et Guetta ont martelé à la main chaque ferrure, toutes différentes. Les meubles et décors sculptés en bois massif sont signés des frères Balayre à Lyon.

m79_jura_gite_cuisine_ml.jpg

Jura, la cuisine du gîte
La dissymétrie de cette voûte est un repentir d’architecte. À l’origine, une ouverture à double vantail était prévue, mais étant donné le climat rigoureux de la région, les commanditaires se sont ravisés, demandant à Morisot de ne prévoir qu’une porte simple.

Chapiteaux sculptés à l’extérieur, grande marche lissée dans la partie gîte… la demeure est ponctuée de pierres de réemploi provenant de l’ancienne abbaye médiévale de Mont-Sainte-Marie.

m79_jura_gite_chambre_ml.jpg

Jura, la chambre
Une partie de la maison Monte au Lever a été aménagée en gîte 3 épis (3 chambres, 8 couchages).

m79_jura_gite_chambre2_ml.jpg

Jura, la literie du gite
Dans l'une des chambres du gîte : doté d’une literie moderne, le lit métallique à barreaux Napoléon III ainsi que les chevets de bois étaient autrefois dans la chambre de Félicie et Louis Neyron.

m79_jura_gite_chambre3_ml.jpg

Jura, détail toilette du gîte
Dans une chambre du gîte, la "toilette", cet aménagement dans l'angle de la pièce, a été conservée, souvenir de temps révolus.

m79_jura_gite_sdb_ml.jpg

Jura, la salle de bains du gîte
Entretenir le patrimoine ne signifie pas vivre dans le passé, en témoigne la salle de bains moderne et confortable.

m79_jura_gite_proprio_ml.jpg

Jura, les propriétaires du gîte
Catherine et Rémi Gindre, les propriétaires et descendants des fondateurs.

C’est en 1910 que fut posée la première pierre du domaine de Monte au Lever. L’industriel lyonnais Louis Neyron et son épouse Félicie, fondateurs des textiles Rasurel, avaient commandé à Auguste Morisot l’une des premières villégiatures de la région.

Conçu en totale liberté, l’ensemble est remarquable par sa cohérence, tant en termes de volumes que de décors. Aussi incongru que cela paraisse, l’influence de Mackintosh et du style Art nouveau de l’école de Glasgow est palpable dans cet intérieur très boisé, où l’orthogonalité de la poutraison et des plafonds répond aux lignes élancées du mobilier.

Restée propriété d’une même famille – contre la volonté des promoteurs –, la maison principale n’a presque pas changé… Si ce n’est qu’elle est désormais chauffée et électrifiée.

Tags