Une maison de bois ouverte sur la nature

Par Sandrine de Bruyne et J.-F. Guggenheim
source : Maison Créative n°69, p. 112

En Argentine, à une heure de route de Buenos Aires, cette maison baignée de lumière abrite des objets chinés ou inventés, posés au bord d'une piscine dans un jardin ensoleillé.

Buenos-aires terrasse

Sous la terrasse semi-couverte, Patricia, la propriétaire aime s’asseoir, boire le maté, admirer le jardin, juste devant l’atelier situé au fond du jardin. Endroit privilégié où seul son mari à le droit de pénétrer créant ainsi d’incroyables luminaires.

buenos-aires jardin

Depuis la terrasse en bois de la piscine, vue sur le jardin et l'atelier.  Sur la terrasse, un siège récup'.

buenos aires salle à manger

Au bois tropical du parquet de la salle à manger répondent les essences claires des structures de la maison, le bois fruitier de la table dînatoire. Au-dessus de celle-ci règne un lustre impressionnant à l’esprit gaucho qui, par sa longueur, souligne la belle hauteur sous plafond de cette pièce.

À l’écart de l’agitation de la ville, la belle maison invite à la sérénité. Le temps semble ne pas y avoir de prise. Seul le soleil dicte sa loi, irradiant les pièces de tous côtés.

buenos-aires salon compo

1. Les profonds divans en coton du salon séparent la salle à manger du coin repos.
2. Ouverte sur une mezzanine-bibliothèque, la pièce de vie s’éclaire de larges fenêtres.

mc69_buenos_aires_lampe

1. Porte-serviettes fer-à-cheval, set de table à la gaucho : le polo en Argentine est une religion que l’on retrouve dans tous les objets quotidiens. Élégant, chic et festif.
2. Une ancienne machine à coudre devenue lampe, ou comment un père de famille lance une entreprise florissante à laquelle tous les enfants participent aujourd’hui. Cette lampe trône dans le salon près de la fenêtre.

Buenos aires cuisine

1. La cuisine de bois blanc s’étend vers la salle à manger aux meubles en bois de fruitier et, dans la continuité, vers la terrasse de teck ensoleillée.
2. Ce soleil omniprésent qui, au travers des persiennes de l’entrée, se joue des miroirs, éclaire l’escalier qui mène au bureau studio.

Patricia raffole de lumière et de blancheur. Deux éléments qu’elle a déclinés sur tous les murs de son habitation, hormis dans le salon.  Le résultat est clair et accueillant,
à l’image de notre hôtesse.

Buenos aires chambre parents

La chambre des parents est en parfaite harmonie avec la nature. Face au lit, la terrasse couverte et, près du bureau, une baie vitrée avec vue sur la piscine bleue.

buenos aires chambres

Les rideaux rouges se coordonnent avec les peintures extérieures. Toute la maison est climatisée car, lorsque le soleil est à son zénith, il ne se contente pas de mettre en valeur la déco, les meubles et les tissus chatoyants de la pampa des gauchos… Il chauffe !

buenos aires salle de bains rose

Le bois rose d’une astucieuse salle de bains confère à la toilette un aspect de douce féminité.

mc_buenos_aires_sdb_compo_jfg.jpg

Bois blanchi sur les murs et les portes, meubles de salles de bains d’essences tropicales : élégante, la combinaison
est à la fois fraîche et chaleureuse. Produits de bain et linge de toilette de chez Pehache, boutique branchée de Buenos Aires.

L'histoire du lieu

La maison de Patricia est un peu cachée, dissimulée derrière un lourd portail dans une ruelle arborée de la ville de Tigre, située à une trentaine de kilomètres de Buenos Aires.
Derrière les lourds ventaux qui ouvrent sur la propriété, nous découvrons une demeure similaire à un chalet du nord de la Californie ou de l’Oregon. Le bois est presque rouge, teinte de séquoia. On monte quelques marches pour aborder un patio dédié à un fauteuil à bascule. Ici à Tigre, dans le delta du Paraná, l’art de vivre se découvre au fil de l’eau, sur des bateaux de type Riva. Des demeures splendides style Belle Époque jouxtent des casemates dignes des aventures de Tom Sawyer. Les Porteños, habitants de Buenos Aires, se rendent ici tous les week-ends, s’adonnent à l’aviron dans des clubs très british. Patricia a choisi d’être en retrait de ces réjouissances. Avec Guillermo Rivera Villatte, son mari créateur de meubles, cette architecte a conçu cette maison de sylve.

Une maison qui inspire au repos

L’entrée y est comme un petit salon, ouvrant sur trois côtés. Les jeux de miroirs renvoient les pièces les unes aux autres. Éclairée d’une large baie vitrée, la cuisine a été conçue pour déjeuner ou dîner. Une mini-fenêtre, grande comme un passe-plat, permet de surveiller le porche. Au-delà d’une double porte, le salon-salle à manger s’étend sur toute la longueur de la maison. Patricia a su se jouer des bois. Tropical et foncé sur le sol, clair dans la structure, les meubles sont issus d’arbres fruitiers. Une large baie éclaire la table de salle à manger. La lumière se croise avec les rayons de soleil tombant d’un fenestron. Les lampes, créations de Guillermo, sont faites d’abat-jour posés sur des objets insolites – comme d’anciennes machines à coudre – chinés ou créés. Le salon attenant est disposé autour de deux larges canapés rehaussés de ponchos colorés de la pampa. Une cheminée de fonte est posée là, son conduit apparent monte jusqu’au faîte du toit à près de cinq mètres de hauteur.
Une terrasse de sylve longe toute la demeure. Patricia et ses enfants s’y désaltèrent de maté, puissant thé argentin. Au fond du jardin, une cahute de bois est le repère de Guillermo Rivera Villatte, lieu de toutes ses créations. Dans ce chalet de bois, on aimerait séjourner, passer un été auprès de Patricia.