Un loft sous les toits de Paris

Par Sandrine Echivard
source : Maison Créative n° 73, p 40
Publié le 24/08/2014

Transformer l’ancien hôtel particulier où vécut la meneuse de revue Joséphine Baker en un duplex-loft bioclimatique, c’est le challenge que se sont lancé l’architecte François Pélegrin et son épouse Evelyne quand ils ont découvert ce lieu de rêve. Ils ont maintenant eux aussi deux amours, leur loft et Paris.

Loft Paris vue générale Dans cet élégant duplex en noir et blanc, l’espace du bas accueille les pièces à vivre : le salon circulaire invite à la convivialité ; le coin salle à manger met en valeur une table dessinée par François Pélegrin et réalisée sur mesure par un artisan ; et la cuisine Mobili tout en rondeurs joue l’accord parfait. Enfin, planté au centre de la pièce, l’escalier en colimaçon tient le haut de l’affiche et capte toutes les attentions.

Loft Paris verrière François Pélegrin a troqué l’ancien garde-corps de la mezzanine pour une verrière fabriquée sur mesure, permettant une meilleure isolation acoustique, thermique et olfactive.

loft Paris enfilade Déjà très utilisée au rez-de-chaussée, l’idée d’un espace en libre circulation se poursuit sur la mezzanine, avec cette enfilade de pièces non cloisonnées.

Loft Paris chambre Les meubles en bois blond confèrent à la chambre une ambiance plus nature. Dans le fond de la pièce, le dressing habillé de rideaux évoquant Paris, d’une psyché dorée et d’un valet évoque l’ancienne habitante des lieux : la meneuse de revue Joséphine Baker.

Loft Paris douche Entre la chambre et le dressing, se cache un cabinet de douche très fonctionnel.

Loft Paris vue circulaire salon Du haut de l’escalier, la vue sur le salon circulaire est tout simplement imprenable.

L’aménagement décloisonné offre une vue panoramique sur cette pièce en forme de dôme. Ici, la géométrie se dessine en noir et blanc et confère au lieu un esprit très graphique.

Loft Paris terrasse Mur de brique et toit d’ardoise se dressent face à la terrasse aménagée de 50 m2. Un espace idéal pour convier des amis à un apéritif pour admirer la vue sur Paris.

C’est en septembre 2010 que François Pélegrin, l’architecte aux principes bioclimatiques, et sa femme Évelyne achètent cet ancien hôtel particulier du 20e arrondissement de Paris, où vécut Josephine Baker. Leur intention ? En faire un bâtiment basse consommation (BBC). Mais l’isolation ne peut se faire que de l’intérieur, la façade étant classée par la Ville de Paris. Les travaux de rénovation vont durer six mois et coûteront environ 1 000 € du m2.

Un projet ambitieux et parsemé de contraintes. François Pélegrin y installe son bureau d’études et aménage avec sa famille au-dessus. Le système d’isolation choisi est performant et permet de conserver la belle hauteur sous combles ainsi qu’un grand volume. L’architecte intègre une VMC double flux, une pompe à chaleur, un plafond rayonnant et un plancher chauffant. La pureté des lignes et l’élégance des matériaux, comme le sol en chêne, soulignent la structure du lieu.

Le choix d’un intérieur en noir et blanc s’impose. Formalisé par cette charte graphique, le lieu en a été sublimé : «Nous ne voulions pas mettre en valeur une chose plus qu’une autre, l’architecture se suffisant à elle-même. Seul l’escalier repeint en noir trônant au milieu du salon se détache du reste.»