Un appartement haussmannien relooké dans l'esprit récup'

Par Sandrine Echivard
source : Maison créative n°77, p.58

Christophe Gallot a posé ses valises dans cet appartement haussmannien il y a une quinzaine d'années. Pour en faire son refuge, ce décorateur d'intérieur qui ne manque pas d'ingéniosité détourne et customise les objets qu'il met en scène dans des compositions humoristiques ou atypiques.


Melting-pot culturel au salon : rideaux en wax, miroir ancien, figure d’art de rue et table basse indienne s’harmonisent, animant les perspectives strictes de l’architecture haussmannienne.


Bestiaire innattendu dans le salon ! Les gallinacées de l'artiste Alfons Alt dominent une banquette chinée.


La distribution des pièces a été préservée afin de conserver l’esprit haussmannien: l’antichambre en enfilade distribue ainsi les différentes pièces. Sur le mur, à droite, l'objet rara a été trouvé sur un déballage de la Creuse... Accrochée dans cette entrée parisienne, cette enseigne est rentrée au bercail.


Dans la cuisine, le jaune des assiettes et de la plaque émaillée et le rose tendre des murs rappellent les couleurs de la mosaïque du sol. Au-dessus de la crédence de la cuisine, le trio de petites assiettes fantaisies et colorées est complété par une série de plques de bus émaillées et numérotées.


Ambiance impériale dans la chambre de Christophe. Ethnique, la pièce, contre toutes idées reçues, adopte un rouge flamboyant souligné par un mobilier de bois doré qui dépayse. Le lit à baldaquin provient de la villa Médicis.


Pendues à des tendeurs de vélo, les lettres d'une ancienne devanture affichent le verbe "Aimer" .


Jaune rayonnant pour la chambre des filles : un choix osé qui s’est imposé à Christophe à la suite d’un voyage au Mexique. Avec un tissu orange vif et un wax aux motifs urbains, la chambre prend des allures de fête. Les meubles chinés, quant à eux, sont restés dans leur «jus», en bois sombre. Ils rassurent comme le feraient des meubles de famille.

Ambiance arti-théâtrale dans la chambre d’Aubusson. Méridienne (Caravane), coussins en poil de mouton rapportés du Maroc et plaid en laine invitent à la détente. Les bouteilles de vin marie-jeanne, électrifiées par Christophe, subliment le pêle-mêle de cartons représentant des tapisseries d’Aubusson.


Une salle de bains éclectique. Le jaune citron du lambris joue la continuité avec la chambre des enfants et le choix des meubles, de styles particulièrement variés, est néanmoins très harmonieux. Un ensemble anticonformiste vitaminé.

Christophe Gallot est un décorateur d’intérieur hors normes. Ses inspirations : la récupération et la transformation d’objets oubliés. Bercé par une conviction éthique, il privilégie les productions artisanales qu’il déniche autour de chez lui ou en voyage. Lors de l’acquisition de cet ancien atelier de mode, il a d’abord cherché à retrouver le plan d’origine. Pour pallier la disparition de portes anciennes, il a alors placé une porte indienne en bois sculpté, puis a multiplié les ambiances et les univers. Christophe s’est ensuite initié à la couleur en repeignant la cuisine… en rose tendre !

Les choses se font instinctivement, objets et meubles s'ajoutent et se juxtaposent au fur et à mesure.

Les taupe, chères aux années 2000, et les teintes jaune, orange et rouge, au retour d’un séjour au Mexique ont suivi… Seul le salon est demeuré blanc soulignant le classique haussmannien. Cette passion pour la couleur trouve également un écho dans les wax africains qui habillent les fenêtres. C’est l’esprit libre que ce décorateur impose son style sensible et généreux.

Tags