L'anti-conformisme d'une maison de ville

Par Ina Bosc
source : Maison Créative n°72

Dans l’Aube, voici la maison de bonnetier de Laeticia Krumenacher datant des années 1900. Avec son mari Valéry, ils ont exprimé leur créativité intérieure dans un jeu de couleurs très audacieux.

Salon

Les canapés et fauteuils, recouverts de velours rouge, ont été achetés en salle des ventes. Lætitia s’est inspirée de l’univers de Jacques Garcia. Dès l’entrée, un flambeau d’église chiné et les fauteuils de famille s’accordent avec élégance. Plaid en laine, Linum. Coussin écossais, Lelièvre chez Etoffe.com. Liqueur « Prunelle de Troyes », Cellier Saint Pierre.

Des couleurs marquées

Lætitia et son mari Valéry ont souhaité jouer avec les couleurs. « Je puise mon inspiration un peu partout : cela va du style de Jacques Garcia aux arts décoratifs marocains, sans oublier notre penchant pour le baroque ; des goûts assez éclectiques, en somme… Nous voulions de la couleur », explique Lætitia.

Salon

1- Dans le grand salon, le contraste est osé entre les boiseries du XIXe siècle et les murs peints en rouge sombre. Les noirs et les rouges se répondent dans le mobilier.
2- Sensible à la poésie, la maîtresse de maison a peint le poème de Verlaine Il pleure dans mon coeur sur le. Sur un ancien ornement funéraire, elle a composé un tableau avec des pensées en céramique collées sur un velours encadré.

Le ton est donné dès l'entrée

Dès l'entrée, on est surpris par la teinte originale des soubassements, bleu vif, associée au rouge des murs, ce qui accentue la beauté du sol en marbre.

Au rez-de-chaussée, le salon a conservé ses boiseries et son plafond XIXe siècle, si bien qu’elles ressortent sur les murs devenus rouges. Dans le petit salon, Valéry a réalisé lui-même les rayures aubergine et turquoise.

Entrée et salon

1- Au centre des vitraux de la porte, les initiales du premier propriétaire.
2- Les larges rayures aubergine et turquoise ont été réalisées par Valéry. Peinture Emery & Cie. Les matières sont douces et soyeuses entre le velours, la soie, et la laine. 

Cuisine et salle à manger

« La maison était en bon état, la cuisine venait juste d’être aménagée, mais tout le reste ressemblait plutôt à un hôpital ! J’ai été séduite par son allure bourgeoise et son grand jardin en friche où j’allais pouvoir m’exprimer. »

Cuisine

La cuisine a été repeinte en gris et blanc. Dans la cheminée, une plaque de cuisson a été encastrée. Torchon Blanc des Vosges.

Dans la salle à manger, les hautes boiseries ont été repeintes avec un noir de chez Flamant, mis en valeur par le ton absinthe des murs, lui-même coordonné aux rideaux de soie sauvage. La cuisine est restée dans son jus, seuls les placards ont été repeints en gris ; une idée puisée à la suite d’un séjour au château de Courban en Côte-d’Or.

Salle à manger

Effet de contraste dans la salle à manger, en noir et absinthe. Le lustre et les fauteuils blancs contemporains s’intègrent parfaitement au décor baroque de la cheminée.

Les idées créatives ne manquent pas. Lætitia aime transformer les meubles à sa manière et créer des objets décoratifs en mélangeant les styles et les couleurs, sans a priori, juste en suivant son inspiration. Ce qui donne à la maison toute sa personnalité.

Idées créatives

1- Rouge sombre et parquet d’origine pour le bureau. La planche botanique et l’oie naturalisée rappellent la passion de Lætitia pour la nature.
2- Dans la salle à manger, le radiateur ancien a gardé son chauffe-plat d’origine.
3- Sur la table de la cuisine, couteau à tarte Pompon et Basilic.

Au premier étage, le bureau de Lætitia, rouge garance, rend hommage à la botanique ; elle y apprécie la vue plongeante sur le jardin. Les couleurs, parfois surprenantes, s’harmonisent. En choisissant une telle palette, tout semble avoir été conçu pour « casser » le classicisme de la maison.

Buffet et escalier

1- Dans le vestibule, un buffet de style Louis XV s’est habillé de pages de livre.
2- Que ce soit au niveau des paliers ou dans la montée de l’escalier, chaque mur affiche une teinte différente. Balustrade en filet d’ébène.

Des tonalités plus douces pour la chambre

La chambre contiguë au bureau et à la salle de bains arbore des couleurs douces, dynamisées par de légères touches de parme. 

Chambre

La chambre est peinte en gris clair et blanc. Quelques touches de parme, en harmonie avec la salle de bains, dynamisent la pièce. Tables de nuit chinées, années 1950. Dessus-de-lit, taies d’oreiller Blanc des Vosges. Plaid Kenzo.

« Nous n’attachons pas beaucoup d’ importance au mobilier, nous avons acheté quelques meubles en salle des ventes ou dans des brocantes et le reste vient de nos familles. Nous ne suivons pas les tendances. J’aime aussi créer des objets quand j’ai le temps », explique Lætitia.

Salle de bains

L’ancienne baignoire pattes de lion a été repeinte en gris clair. Tableau de Jean Marrel. Draps de bain Yves Delorme.Touche féminine dans la chambre avec une coiffeuse en miroir des années 1950 et une chaise voyeuse qui a conservé sa tapisserie.

Les idées que l'on aime

Les idées que l'on aime

1 - Un buffet de style Louis XV, chiné dans une brocante, a été marouflé avec des pages d’un livre de Victor Hugo, à l’aide d’un verni colle Eléonore Déco.
2 - Lætitia a dessiné une structure carrée en acier, puis l’a habillée de soie sauvage. Elle y a fixé une cloche en verre à laquelle elle a suspendu, avec un fil en cuivre, une « pierre » de cristal et un pompon de passementerie.
3 - Les portes de séparation entre l’entrée et le vestibule sont décorées de vitraux colorés, datant de l’époque de la construction de la maison.
4 - Ce paravent, peint en parme, a été réalisé par Lætitia à l’aide de douze reproductions de gravures représentant des vues du jardin de Versailles. Elle les a découpées dans un livre et encadrées.