En Angleterre, un cottage vraiment "cosy"

Par Mario de Castro
source : Maison Créative n°68, page 110

Sous ses airs de maison miniature, Beckford Lodge est, en réalité, un cottage spacieux, restauré avec un goût prononcé pour le mélange des genres et qui semble planté dans son foisonnant jardin comme s’il en était le prolongement naturel.

Cottage anglais, le jardin

La maison de Diana est un cottage au toit en jonc de Camargue. La façade et le sol sont recouverts de pierre de Purbeck et de Portland, du sud de l’Angleterre, à l’aspect doux et clair. La maison est située dans le Wiltshire - un comté cérémonial du sud-ouest de l’Angleterre, connu pour le site de Stonehenge et la cathédrale de Salisbury.

Cottage anglais, la cuisine

« Vivre dans un vieux cottage restauré ne signifie pas renoncer à une cuisine high-tech ». Un must pour Diana, la propriétaire. Ici le mobilier en bois cohabite avec des meubles et accessoires en acier brossé et granit, Bulthaup. Table en chêne design Ed Nicholson pour The Conran Shop et murs peints à la main par les artistes John Sutcliffe et Alasdair Peebles.

Cottage anglais, bord de la fenêtre

Dans l’office attenant à la cuisine, Diana a disposé ses collections de vaisselle.

Cottage anglais, l'évier

Dans l’autre office, les murs peints en vert (Farrow & Ball) mettent en évidence les collections de poteries et verreries.

Cottage entrée armoire

Dans la cuisine, armoire en chêne Arts & Crafts de la fin du XIXe siècle, chaises anglaises du XXe siècle en cuir, bois de bouleau et sycomore.

Cottage cuisine table

Nichée dans l’ancienne cheminée, une cuisinière Aga. Sur la table en chêne de 3 m de longueur, des assiettes en céramique faites à la main, de l’artiste sud-africain Hilton Nel. Chaises Cotswold en bois d’orme, style Arts & Crafts.

Cottage anglais, le salon

Au premier plan une table en bois recouvert de chaux, sculptée par le petit-fils de Diana, artiste. Ample sofa français en chêne, recouvert de laine verte tissée. Un technique : en se servant de beaux objets surdimensionnés, on donne un air plus imposant aux petites pièces.

Le mélange d’objets d’art dans un environnement domestique, comme dans ma maison, n’a rien d’artificiel, et cela me plaît !

Cottage anglais, chambre beige

Dans ce cottage : une décoration à l’anglaise, confortable, réalisée uniquement par des artisans locaux, le secret d’une rénovation réussie, selon la propriétaire. Dans la chambre d’amis, un lit en bois tourné américain du XIXe siècle, linge de lit anglais Durham Quilt, lampes de chevet Vaughan, commode en chêne de 1800. Au-dessus du lit, un collage de Roy Turner Durrant (1960).

Cottage anglais, la chambre verte

La proriétaire a voulu pour les murs de la maison des coloris vert, blanc, beige et café au lait pour qu’elle devienne une extension du jardin et vice versa. Les murs sont tapissés en chintz vernis « Belford » (Colefax and Fowler). La tête de lit a été créée en 1937 à partir d’une pièce en bois du XVIIIe siècle. Lampes de chez Colefax and Fowler.

Cottage anglais, chambre avec armoire

Sur une armoire Bath en chêne de 1920, une sculpture de Picasso et, au mur, une peinture de Michael Cannay (1950). Chaise continentale du XIXe siècle.

Cottage anglais, chabre bleue avec lit simple

La chambre des petits-enfants dans le style American Folk. Au mur, des frises de papier peint fleuri à la verticale de chez Colefax and Fowler. Commode Biedermeier.

Cottage anglais, salle de bains

La fenêtre de la salle de bains des invités a été créée dans l’angle du toit de la maison. Portant en bois de sycomore.

Cottage anglais, les toilettes avec le wc

Les toilettes, réservées au jardinier, sont attenantes à la cuisine. Lavabo et toilettes Czech & Speake. Au sol, un tapis en tirelles artisanales recyclées.


L'histoire...

Au sud-ouest de Londres, le Wiltshire est une région refuge pour les amoureux de la campagne anglaise. C'est dans cette région que se trouve Beckford Lodge, un charmant cottage construit en 1680, et maintes fois restauré. « J’ai eu un vrai coup de foudre pour ce bijou, raconte Diana, la propriétaire. J’ai immédiatement senti le potentiel de la propriété et le plaisir que j’allais éprouver en la restaurant. Elle n’était certes pas en ruine, mais il fallait tout de même une bonne dose d’imagination et de volonté pour transformer mon rêve en réalité. Comme vous pouvez le voir, mes efforts ont été payants… » D’apparence trompeuse, cette « small house », qui semble miniature vue de l’extérieur, possède cependant quatre chambres au premier étage, chacune avec sa personnalité, et, en bas, trois salons et une cuisine-salle à manger où, sur des panneaux en verre, figurent tous les noms des anciens propriétaires. Diana, qui affectionne le mélange des genres – par exemple, le style Arts & Crafts marié au chintz fleuri –, n’a pas hésité à allier au granit la modernité de l’acier chromé en faisant installer une cuisine Bulthaup dans le salon-salle à manger et en choisissant une table dessinée par Ed Nicholson pour The Conran Shop. Les tonalités de vert, blanc, beige et café au lait, mises en valeur par le sol en pierre calcaire française à losanges, donnent cette agréable sensation que la maison est le prolongement naturel du jardin. À propos du jardin justement, c’est Jack Frost qui a la charge de son entretien. Conçu au XIXe siècle par le chef jardinier de lady Octavia Grosvenor, la fille du duc de Westminster, vous pouvez encore y admirer un tulipier vieux de 150 ans qui vous invite à vous reposer sous son feuillage.  La nature s’invite également à l’étage de cette habitation. Du couloir aux chambres, le papier peint, sur un seul mur, dans une alcôve, ou comme tableau au-dessus d’une étagère, joue les effets de matières et de formes si caractéristiques des designers anglais. Tous lancent de plus en plus de collections originales, des modèles « so charming » comme si cela faisait partie de leur ADN !