Une maison d'hôtes en Toscane

Par Ina Bosc
source : Maison créative n°76, p.32

La dolce vita s’apprécie près de Florence, en plein cœur de la Toscane, derrière les murs de pierre des dépendances d’une ancienne abbaye datant du début du XVIesiècle.


Dans le jardin à l'arrière de la maison, la Villa La Badia, une ancienne abbaye, farniente à l'italienne pour un petit déjeuner bucolique au milieu de la verdure.


Dès l’entrée de la maison, le charme envoûtant des demeures toscanes s’impose avec la pierre omniprésente. Ici, les murs d’origine ont été restaurés dans les règles de l’art.


Dans le salon attenant à la salle à manger, la table a été réalisée avec des pots en terre cuite et une plaque de verre.

Dans la salle à manger conviviale, une idée originale: trois grosses lanternes en fer forgé sont suspendues au-dessus de la longue table en bois brut.


D’esprit résolument campagne, la cuisine accueille un très beau plan de travail et une crédence de marbre blanc de Carrare. Table, porte, placards ont été réalisés dans un bois patiné de récup’.

Le palier du premier étage fait salon: il est aménagé comme une pièce à vivre. L’escalier s’envole vers l’ancien colombier devenu bureau d’où l’on profite d’une vue magnifique sur la campagne.


Installé dans l'ancienne cuisine, le salon de l’étage bénéficie de l’âtre de l’immense cheminée ouverte et encadré de deux sculptures de chérubin, chinées en France. Ils semblent soutenir le manteau…


La grande pièce à vivre appartenant au régisseur de l’abbaye au XVIesiècle est devenue la chambre parentale.


Dans la chambre, les solives peintes en blanc et les poutres blanchies au lait de chaux éclaircissent ce vaste espace déjà très lumineux. La cheminée d'origine est en péperin sculpté.


Dans la salle de bains, une douche à l’italienne, avec vitre, est éclairée par une bougie posée dans une niche.


Côté baignoire, une échelle a été transformée en porte-serviettes. Elle rappelle la teinte des poutres.

À une trentaine de kilomètres de Florence, en Toscane, la Villa la Badia a été construite dans la tradition des maisons rurales florentines: pierres, terres cuites et bardeaux de bois. Le rez-de-chaussée abritait les animaux et les récoltes, le premier étage servait d’habitation, et dans la tour au dernier étage, se trouvait un colombier. En 2007, lorsque Mario dell’Oro et son épouse Pilar en firent l’acquisition, la bâtisse était dans un triste état.

Leur but a été de lui redonner sa splendeur dans le respect de l’héritage architectural tout en y ajoutant le confort moderne.

Sur les conseils d’architectes spécialisés, Pilar, au terme de quatre années de recherches dans toute l’Italie, a fini par retrouver les matériaux nécessaires à sa restauration. La maîtresse des lieux s’est ensuite investie dans la décoration tout en cherchant à faire de cette maison un lieu de vacances, pratique et convivial.