Salon Maison et Objet 2016 : la tendance est au wild

Par Catherine Maliszewski

Le salon Maison et Objets 2016 nous a réservé une jolie surprise avec l’avènement programmé du « wild », sous-entendu de la déco sauvage. Rassurez-vous, vous ne serez pas amenés prochainement à retourner dormir sous une tente. Mais les prochaines tendances s’annoncent plus « terre à terre ». En direct du salon Maison et Objets 2016 à Paris, François Bernard, spécialiste des tendances, explique pourquoi l’inspiration déco sauvage va tout emporter sur son passage. Rejet d’une société trop sophistiquée et régie par les nouvelles technologies ? Peut-être bien… Entretien.

tente Macian de James Fox et Eve Izaak


La tente Macian des designers James Fox et Eve Izaak se présente sous la forme d'un kit d’attaches astucieuses pour lier les branchages sans aucun outil. 

En ce début d'année 2016, le salon Maison & Objet Paris consacre son espace d'inspirations au phénomène "Wild", repéré et annoncé par son Laboratoire de tendances sous l'égide, cette saison, de François Bernard, fondateur de l'agence Croisements.  

Maison créative : Pourquoi "Wild" ?

François Bernard : Le brut, le vivant, l'état sauvage, guident aujourd'hui les grands courants de réflexion et de création qui animeront les deux années à venir. On observe un rejet du trop lisse, du trop doux, du trop sophistiqué. Dans une société qui court vers le tout technologique parfait,  l'imaginaire célèbre la Terre, les effets du temps, les saisons, la nature. 

mc_wild_bouleau_anastasia_koshcheeva_fromsiberia_tuesa_cr.jpg

Boîtes Tuesa d'Anastasiya Koshcheeva, Collection From Siberia

MC : Les arbres sont au cœur des représentations et des objets que vous mettez en scène pour illustrer ce thème...

FB : L'arbre devient le medium pour se reconnecter à soi-même. On voit se multiplier les cabanes, les objets en écorce... Tout cela crée une nouvelle esthétique propice à la contemplation, idéale pour se ressourcer.

mc_wild_david_toutain_werner_neumann_joko_avianto_frankfurter_kunstverein_cr.jpg

1.  Salsifis rôtis et crème au chocolat blanc, David Toutain
2. Installation Big Trees (Pohon Besar) en bambou et béton, Joko Avianto, 2015. Vue de la façade du Frankfurter Kunstverein 2015. Courtesy of the artist. 
3 . Commode Birchwood, Werner Neumann 

MC : Les objets de déco devraient donc nous aider à nous évader vers de lointaines contrées ? 

FB : Pas seulement. Le plus intéressant est de voir comment la nature est en train de gagner du terrain sur l'urbain, comment elle ensauvage notre quotidien en s'y insérant. L'état sauvage devient tangible et visible au détour d'un bâtiment, d'une pièce,  d'un meuble, d'un plat... Il exacerbe les sens premiers de l'homme.

MC : Pourquoi ce besoin de communier avec la nature ?

FB : C'est l'instinct qui parle, c'est vital : face à la montée de l'hyperélectronisation, de l'intelligence artificielle et des vœux de transhumanisme, nous avons besoin de nous prouver que nous sommes encore en vie. Et de retrouver le plaisir des sensations physiques.

mc_wild_peau_anastasiakoshcheeva_fromsiberia_sibirjak_jeroen_wand_laminated_tablesarmite_polakova_cr.jpg

1.  Liminate Table, Jeroen Wand
2.  Fauteuil Sibirjak, Collection From SiberiaAnastasiya Koshcheeva. Le sibirjak est une technique ancestrale sibérienne pour  travailler l’écorce du bouleau.
3.  Tapis en écorce interne de pin de Lettonie, Sarmite Polakova en collaboration avec Esmé Hofman, Ad Coremans,  Anita Virbule and Imants Ločmelis

MC : Comment s'exprime cette hypersensorialité à travers les objets ?

FB : La "peau" de la nature est mise en scène, l'écorce des arbres, les couleurs des paysages, des matières. Le jaune évoque le pollen par exemple, le gris, c'est celui du bouleau, le noir est calciné. 

mc_wild_degradation_peter_marigold_bleed_wardrobe_ariane_prin_-_rust_-_photo_credit_tommaso_lanza_cr.jpg

1. Bleed cabinet en bois de cèdre et clous en acierPeter Marigold
2. Céramiques Rust, Ariane Prin 

mc_wild_degradation2_studio_pinch_table_basse_nim_floris_wubben_33_pressed_cr.jpg

1. Table sculptéedesign Russel & Oona Bannon pour Pinch. Edition de 50 pièces numérotées. 
2. Globe project / Pressed Project en époxy pressé, Studio Floris Wubben

MC : On remarque aussi  de l'oxydation, de la rouille, des accidents...

FB : C'est l'action du temps qui passe, le cycle de la nature s'approprie les créations de l'homme, les dégrade. C'est cette part de hasard qui nous plaît tant Depuis le XVIIIe siècle, l'idée de la modernité se fonde sur le rationnel. Cette nouvelle esthétique, au contraire, laisse le champ aux lois de la nature.

CapsulaMundi d'Anna Citelli et Raoul Bretzel

Capsula Mundi, Anna Citelli & Raoul Bretzel. 

MC : Jusqu'où la nature reprend-t-elle ses droits ? 

FB : Jusqu'au sacré, qui se traduit par un certain shamanisme. D'où des figures hybrides entre l'homme et l'animal, l'homme et la nature. L'imaginaire se tourne non pas vers un dieu, mais vers le non humain, vers tout ce qui ne découle pas du raisonnement humain.

mc_wild_shaman2_ben_aja_blanc_blanc_half_moon_mirror_marco_iannicelli_little_tree_lamperobi_renzi_2002_cr.jpg

1. Half Moon Mirror, Ben & Aja Blanc 
2. Little Tree Friends, Marco Iannicelli

Prenez un instant pour découvrir Pierre Charpin élu créateur de l'année 2017 par le salon Maison & Objet.